Lorsque l’on présente mon rôle au sein de CIETECH, on mentionne rapidement que l’une de mes principales tâches est la veille technologique. C’est alors que je vois les regards hagards semblant dire : « Oui, mais… concrètement qu’est-ce c’est? »

Qu’est-ce que la veille technologique?

Selon Wikipedia, la veille technologique « consiste à s’informer de façon systématique sur les techniques les plus récentes et surtout sur leur mise à disposition commerciale ».

Donc, dans le cas qui nous concerne, il s’agit de rester à l’affût des dernières percées en innovation numérique et d’évaluer leur application sur le marché du commerce de détail.

Par exemple, on entend de plus en plus parler de robots liés à l’expérience client ou à l’aide à la vente. Mon rôle n’est pas de les promouvoir, mais de vous informer sur leur existence et vous expliquer ses utilisations potentielles.

Dans le cadre de mon rôle chez CIETECH, je suis également en mesure de vous divulguer des informations complémentaires. Par exemple, est-ce disponible au Québec? Est-ce encore à l’état de prototype, ou est-ce un produit déjà bien commercialisé?  Est-ce disponible en français?  Mais plus important encore, je suis en mesure de vous donner des cas d’utilisation, vous faire voir en quoi cette technologie peut vous être utile – ou non- dans l’atteinte de vos objectifs stratégiques.

Par la suite, si cela vous intrigue ou vous intéresse, je peux vous fournir des données plus précises, faire une évaluation de vos besoins et effectuer une veille personnalisée, c’est-à-dire faire une recherche précise de la meilleure technologie répondant à vos besoins.

Savoir, c’est pouvoir

Pourquoi la veille technologique aurait-elle la moindre importance pour vous? Parce qu’on ne sait pas ce qu’on ne sait pas. Et que savoir, c’est pouvoir.

Prenons un exemple concret. Vous avez une problématique de gestion des horaires à votre boutique. Quand un employé est malade, le remplacer est un vrai cauchemar. Il arrive même que certains employés se trompent d’horaire de travail ou que vous ayez oublié sa non-disponibilité annoncée il y a plusieurs semaines…

Vous avez tenté différents ajustements : faire les horaires dans Excel et les envoyer par courriel une semaine à l’avance, avoir un calendrier Google…Vous avez essayé des outils que vous connaissiez. Puis, vous avez cherché des solutions de gestion des horaires et vous avez trouvé certains outils plus ou moins adaptés à vos besoins. Votre temps étant limité, vous n’y avez pas consacré assez de temps et, n’ayant pas obtenu de résultats, vous n’avez pas poursuivi.

Si seulement vous aviez su que des outils spécifiquement conçus pour ce genre de problématiques, communes dans le commerce de détail, existaient. Si vous aviez eu la chance de les connaître, de savoir quels étaient ceux qui présentaient les fonctionnalités dont vous aviez besoin, et ceux qui étaient à la portée de votre budget… vous n’auriez probablement plus ce problème d’horaire.

Savoir, c’est élargir le bassin de solutions à vos enjeux quotidiens.

Plus facile à dire qu’à faire?

Je vous entends dire : « Faire de la veille, c’est long!  Je n’ai pas ce temps-là! » ou encore « Je ne peux pas me permettre d’aller dans toutes les foires commerciales pour découvrir les nouveaux gadgets sur le marché! »Comme dans toute chose, la veille technologique doit être planifiée. Il faut d’abord cibler ce que l’on veut savoir, non pas en raison de nos intérêts mais de nos besoins. Rien ne sert de connaitre les dernières innovations en matière de robotique si la maturité numérique de votre entreprise en est encore au stade artisanal. Vous pourrez toujours réévaluer au fil du temps.

Ensuite, il faut y consacrer un peu de temps, on ne s’en sort pas. Déterminez le nombre d’heures que vous voulez y consacrer. 30 minutes par semaine? 15 minutes par jour? Une heure par mois? L’important, ce n’est pas tant le nombres d’heures que vous y mettez, mais de fixer une plage de temps et de s’y tenir. Discipline et rigueur sont vos amis!

Ensuite, il faut trouver un outil pour vous faciliter la vie. Les premières semaines, consacrez vos plages de temps dédiées à la veille pour choisir votre outil et le paramétrer. Il en existe de nombreux, gratuits comme Google Alert et Feedly pour ne nommer que ceux-là, et des payants comme Digimind, Eureka et Sindup, etc. Ces derniers ont été conçus pour faire de la veille stratégique de prime abord, mais peuvent s’avérer utiles dans la veille technologique également.

Vous pouvez aussi simplement suivre certains blogueurs et/ou influenceurs sur les médias sociaux ou vous abonner à une ou plusieurs infolettres de veille. Par exemple, CIETECH en propose une pour ses membres regroupant des sujets technologiques d’intérêt pour les détaillants.

Dans le cas où vous auriez un besoin ponctuel plus ciblé, vous pouvez aussi faire appel à un service de veille technologique personnalisé.

Écrivez-nous pour plus de détails, nous sommes là pour vous aider!