Le Paris Retail Week avait lieu du 19 au 21 septembre derniers à Paris sous le thème: « Le Live Retail ». Thématique bien large, me direz-vous, qui englobe autant des sujets techniques que stratégiques. L’horaire fut effectivement chargé et les 3 jours de l’événement, intensément remplis.

Des conférences intéressantes, mais toutefois inégales

Dix salles de conférences tenaient, souvent simultanément, un total de 170 ateliers, conférences et présentations. Il fallait donc faire un choix judicieux parmi les sujets offerts à la même heure au risque de faire le mauvais choix.

Les participants avaient donc l’embarras du choix, mais il faut bien l’admettre, les conférences étaient assez inégales en termes de qualité. En effet, plusieurs ressemblaient à des « pitch » de ventes plutôt qu’à de réelles conférences informatives. Cependant, j’ai pu assister à deux présentations particulièrement intéressantes et pertinentes; l’une sur les stratégies multicanales et l’autre sur la RFID. Dans ces conférences, un message revenait souvent : la technologie doit être cohérente avec votre stratégie globale. Et, surtout, il faut bien prendre la peine de décortiquer les cas d’usages, trop souvent négligés.

Le point commun entre les activités du Paris Retail Week? Celles-ci mettaient la technologie, le Big data et le parcours client connecté en avant plan. Comme quoi la technologie est un incontournable de la réussite d’une entreprise du secteur du détail.

Au final, j’ai pu dénicher, dans ces conférences, des conseils avisés que vous pourrez surement retrouver dans un « lunch and learn » tenu prochainement à L’Espace CIETECH.

La Table ronde : Regards croisés France-Québec

J’ai eu la chance d’animer la table ronde sur « les enjeux du commerce de demain » clôturant la Paris Retail Week. Présentée par la délégation générale du Québec à Paris, ce fut l’une des rares conférences qui ne fut pas organisée par une firme ayant une technologie ou un service à mettre de l’avant. Nous avons eu droit à des témoignages réels d’acteurs du milieu en plein virage numérique. Charles de Brabant, de l’école du commerce de détail de l’Université McGill, Frank Wieder de Go Sport et Jean-Christophe Bédos de Birks ont gentiment accepté de partager leurs expériences et leur vision, parfois mitigée, ce qui a semblé être fort apprécié par l’audience. Cela a apporté un éclairage nouveau sur la technologie versus l’expérience client en magasin. Comme quoi, la technologie, à elle seule, ne règle pas tout.

Des technologies captivantes, beaucoup de logiciels et d’entreprises de service

Concernant les kiosques, beaucoup d’entreprises offraient des services de marketing, d’e-commerce, de solutions de paiement en ligne et de consultation. De ce côté, la France n’a rien à envier au Québec.

Pour ce qui est des logiciels, plusieurs entreprises françaises proposaient des systèmes de gestion intégrés et de collecte de données clients. Les normes québécoises étant différentes de celles de la France, plusieurs seraient difficilement exportables tel quel.

J’ai cependant pu constater une grande ouverture à adapter leur façon de faire pour séduire le marché canadien.

Du côté des technologies, même son de cloche: la majorité des entreprises rencontrées se sont montrées ouvertes au marché canadien. Parmi les belles découvertes, notons le robot Heasy de la startup Hease robotics dont la mise en marché est prévue dans les prochains mois.

Fait intéressant: une technologie d’affichage de prix électronique, beaucoup plus lisible et offrant une plus grande flexibilité graphique. Permettant d’insérer des images, elle présente un visuel très similaire au papier avec 3 couleurs possibles, soit le blanc, le noir et le rouge.

Il a aussi été question, lors de ces 3 jours, de solutions automatisées pour photographier des items pour des catalogues et publicités, des hologrammes à hélices, des outils de mesure automatique de volume et de poids, des outils de prises d’inventaire RFID robotisés ou non, des caméras intelligentes permettant le « tracking » ou la géolocalisation intérieure, une panoplie de technologies d’affichages incluant des miroirs intelligents de même que différentes solutions de terminaux de paiement. De quoi équiper un magasin, de l’entrepôt au plancher de vente!

Dans l’ensemble, toutes ces solutions présentent des avantages, mais encore faut-il connaître ses besoins**.

Les points clés

Voici les 5 sujets qui ont retenu mon attention durant cet événement :

1. Le client est au cœur du commerce et cherche un service hyper personnalisé.

2. La collecte de données (Big Data) est un outil majeur de la connaissance du client, autant comme individu que comme ensemble. Pour être efficace, il est impératif de faire non seulement les bons choix en termes de collecte de données, mais aussi d’être capable d’en faire une bonne analyse, pour finalement, les utiliser à bon escient. Un défi de taille!

3. La technologie, quelle qu’elle soit, doit être au service des différents acteurs du commerce, et non une fin en soi. La difficulté est de bien identifier les différents cas d’usages afin d’éviter les nombreux irritants lors de la mise en place.

4. Un virage numérique est souvent perçu comme une lourde tâche pour un détaillant. Comme un éléphant se mange une bouchée à la fois, il est primordial d’élaborer une stratégie à long terme et d’y aller étape par étape. Il est essentiel d’être non seulement bien accompagné dans ce processus, mais également d’impliquer tous les acteurs de l’entreprise; du marketing au TI en passant par les équipes de vente.

5. Au point où nous en sommes, la technologie peut pratiquement tout faire et elle ne cesse d’évoluer. Le parcours client est de plus en plus influencé par le numérique. Quand les clients viennent en magasin, ils sont souvent mieux informés que les vendeurs concernant les produits qu’ils veulent acquérir. Il est donc crucial d’offrir une expérience en magasin qui a une réelle valeur ajoutée jumelée à technologie efficace pour les accrocher lors de leur parcours d’achat.

En bref, le marché du commerce de détail n’est pas près de mourir, mais il est définitivement en train de se transformer. Qui ne saura pas s’adapter aura bien du mal à garder le train sur les rails.

Restez informé des derniers développements en nous suivant sur les médias sociaux !

 

**Plus de détails sur les technologies présentées au salon dans le topo vidéo.

**L’évaluation des besoins commence par une analyse de la maturité technologique, puis une planification stratégique visant à bien implanter les différents éléments permettant un virage technologique réussi. Pour de l’accompagnement en la matière, contactez-nous.